Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Développement des entreprises > Innovation > 1er Forum régional « L’intelligence artificielle au service des entreprises (...)

1er Forum régional « L’intelligence artificielle au service des entreprises »

| Publié le 13 novembre 2019
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Initié par la Préfecture de la région Centre-Val de Loire, ce forum dédié à l’intelligence artificielle (IA) au service des entreprises a réuni, le 16 octobre 2019 à Orléans (Lab’O), plus de 200 participants issus du monde de la recherche et de l’entreprise.
Bertrand Pailhes, coordonnateur de la stratégie nationale en IA, a détaillé les moyens mobilisés par le gouvernement pour en favoriser son essor. Plusieurs dirigeants ont pu témoigner de la plus-value concrète de l’IA déployée au sein de leur entreprise.


Le 29 mars 2018 au collège de France, le Président de la République a présenté une stratégie nationale ambitieuse en faveur du développement de l’intelligence artificielle, "AI for humanity", qui s’inspire du rapport rédigé par le député Cédric Villani.
Le gouvernement a prévu de mobiliser dans ce cadre 1,5 milliard d’euros sur le quinquennat , dont près de la moitié (44%) affectée à la formation/recherche afin de consolider la qualité de la recherche française en IA, déjà reconnue mondialement.

4 secteurs prioritaires

"Cette technologie va bouleverser tous les process dans l’entreprise, en matière de maintenance, de relation-clients, de veille concurrentielle sans oublier bien sûr les phases de conception et de production" indique Bertrand Pailhes, coordonnateur de la stratégie nationale en IA qui est intervenu au Forum. "L’intensité de robotisation industrielle (ratio nombre de robots/emploi) est 2,5 fois plus élevé en Allemagne qu’en France. Nous ne devons donc pas perdre de temps. Le gouvernement a décidé de favoriser l’essor de cette technologie de rupture prioritairement dans 4 secteurs : la mobilité, l’environnement, la défense-sécurité et la santé".
"Notre ambition est de faire émerger et structurer une offre de prestataires français dans le domaine de l’IA" note pour sa part Bertrand Cassar, référent IA à la Direction générale des entreprises du ministère de l’Economie. "Une première vague de "challenges IA" vient ainsi d’être lancé. Ce sont des appels à projets auxquels peuvent postuler des startups ou PME en mesure de répondre à une problématique applicative précise proposée par une entreprise acceptant de mettre à disposition du lauréat son jeu de données. Par ailleurs, BPI France propose de réaliser des "diagnostics Data intelligence artificielle" (prestation de 3 à 5 jours conseils cofinancé à 50 % par BPI) auprès d’entreprises souhaitant tester la faisabilité du développement de nouveaux produits ou services grâce à l’exploitation de leurs données".

Des entreprises régionales encore dans l’expectative

"Une étude réalisée par la Direccte en 2018 auprès de 4 filières industrielles (aéronautique, agroalimentaire, automobile et logistique) a montré que les entreprises ayant intégré l’IA dans leur processus de production étaient encore peu nombreuses" remarque Marie Baumier, responsable du service économique de l’Etat à la Direccte. "A cela plusieurs raisons : données de l’entreprise insuffisamment exploitées et donc peu utilisables, manque d’expertise pour comprendre la plus-value de l’IA et ses modalités de déploiement, difficultés à identifier les prestataires ainsi que les solutions de financement ad’hoc..."
A ce sujet, l’éventail des aides mobilisables en région par les dirigeants souhaitant bénéficier de cette technologie ont été présentés lors du forum par le Conseil régional qui a précisé les types d’accompagnement possibles pour faciliter la structuration de leur projet d’IA dans ses différents aspects : financier, RH, intégration technique
Des ateliers ont aussi permis d’approfondir des exemples d’application en matière de maintenance prédictive, de marketing, de détection de fraudes ou de traitement automatisé du langage. Sans oublier la problématique majeure de protection et de traitement des données dont se nourrit l’IA et celle de l’adaptation des compétences à son déploiement qui nécessite la formation de collaborateurs ou le recrutement de talents dédiés.

La région doit s’appuyer sur ses atouts

Il ressort des débats de cette journée que l’appropriation de l’IA, et des gains en productivité qu’elle induit, par les équipes dirigeantes des entreprises est devenu aujourd’hui un enjeu majeur pour préserver, voire même accroître, la compétitivité du tissu économique régional.
La région Centre Val-de-Loire dispose à cet égard d’atouts importants : des formations supérieures de haut niveau, le lancement en 2018 du réseau thématique de recherche collaborative DIAMS qui fédère un réseau de 33 laboratoires de recherche et de 44 entreprises autour de l’IA et de la modélisation des données, ainsi que la dynamique régionale existante autour de la French Tech que la Région entend développer via le Conseil régional du numérique et l’organisation annuelle des Human Tech Days.
Ce premier Forum aura donc permis d’interpeller les acteurs économiques et ceux de la recherche afin qu’ils nouent au plus vite des synergies fructueuses sans lesquelles l’IA ne pourra rapidement se déployer sur le territoire régional.

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics