Direccte Centre-Val de Loire
Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Développement des entreprises > Industrie du futur > 250 entreprises accompagnées vers l’industrie du futur

250 entreprises accompagnées vers l’industrie du futur

| Publié le 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour le 11 décembre 2019
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Afin d’accélérer l’appropriation par les entreprises industrielles des nouvelles technologies, en particulier numériques, le Comité de pilotage régional « Industrie du futur » du 27 novembre dernier, co-piloté par l’Etat et la Région, s’est fixé comme but d’accompagner 250 PME et ETI dans cette transition d’ici 2022.

En région Centre-Val de Loire, la contribution de l’Etat à ce dispositif s’élève à 2,3 millions d’euros et relève du plan national « 10 000 accompagnements vers l’industrie du futur » lancé par le Premier ministre dans le cadre du Conseil national de l’industrie.

Un faible taux de robotisation dans les PME

Plusieurs indicateurs témoignent d’un retard de la France dans l’appropriation des technologies de l’industrie du futur, en particulier chez les PME. Le taux d’équipement en robots industriels est notamment particulièrement faible en France, comparé aux chiffres de nos voisins italiens et allemands.
Le 1er comité de pilotage régional dédié à la déclinaison du plan national « 10 000 accompagnements vers l’industrie du futur » s’est tenu à Orléans le 27 novembre dernier et a permis d’officialiser le partenariat Etat-Région, les deux instances s’engageant chacune à apporter une subvention de 2,3 millions d’euros [1] dans le but d’accompagner 250 PME et ETI d’ici fin 2022.

Un plan de transformation sur-mesure pour chaque entreprise

Ce programme d’accompagnement sera mis en œuvre dès début 2020 et prévoit pour chaque entreprise l’intervention d’un expert-conseil qui réalisera en premier lieu un état des lieux pour évaluer le niveau de maturité de l’entreprise selon différentes thématiques (marché, technologique, organisationnelle, environnementale et sociétale). L’entreprise sera ensuite accompagnée pour en déduire un plan de transformation « sur-mesure » et le mettre en œuvre de manière opérationnelle.
Ce dispositif régional d’accompagnement vers l’industrie du futur constitue une réponse aux actions de sensibilisation des entreprises sur ce sujet, souhaitées par plusieurs des 9 Territoires d’industrie de la région et sera mis en exergue lors de la prochaine semaine de l’Industrie qui sera organisée partout en France du 30 mars au 5 avril 2020.

Des offres d’accompagnement généralistes ou spécifiques

Un porteur de projet, le CETIM, propose une action d’accompagnement transverse à toutes les filières industrielles. Cette action bénéficie en particulier du concours des CCI, de bpifrance, du Club « Industrie du futur », de l’ARACT, du CRESITT et de Dev’Up. Elle se fixe comme objectif d’accompagner 180 entreprises d’ici fin 2022.
Trois autres porteurs de projets entendent apporter une offre d’accompagnement dédiée aux entreprises d’une filière ou à une thématique spécifique. Il s‘agit du GIFAS et d’AEROCENTRE, le cluster régional des entreprises de l’aéronautique, qui accompagneront des entreprises sous-traitantes de cette filière ainsi que de NEKOE, le cluster régional dédié à l’innovation par les services, qui aidera des entreprises industrielles à développer de nouveaux services auprès de leur clientèle.

Une évaluation renforcée du dispositif

Le gouvernement attend que l’efficacité des actions d’accompagnement lancées dans chaque région à destination des entreprises industrielles soit mesurée en ayant recours à un indicateur spécifique de maturité technologique des entreprises appelé « Indice industrie du futur » (I2DF).}} Celui-ci, construit à partir d’un référentiel national et porté par l’Alliance industrie du futur (AIF) permettra d’apprécier le niveau de transformation des entreprises au niveau national, mais aussi par région et par filière grâce à une application et un site dédié.

Notes

[1La contribution de l’Etat est versée à la Région par l’intermédiaire de l’opérateur bpifrance

--