Accueil > Loir-et-Cher > Actualité de votre département > Bilan statistique : L’insertion par l’activité économique en Loir-et-Cher en (...)

Bilan statistique : L’insertion par l’activité économique en Loir-et-Cher en 2016

| Publié le 26 juillet 2017 | Dernière mise à jour le 28 juillet 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

L’insertion par l’activité économique dans Le Loir-et-Cher a connu peu de changements majeurs en 2016 quant aux structures et à leur répartition géographique.
Les structures sont principalement regroupées à Blois,Vendôme et en Vallée du Cher. Les différents dispositifs de l’IAE y sont représentés et les secteurs d’activités couverts génèrent une offre diversifiée.

L’insertion par l’activité économique (IAE) est un accompagnement dans l’emploi proposé par des structures conventionnées par l’Etat à des personnes très éloignées de l’emploi afin de faciliter leur insertion sociale et professionnelle.

L’IAE s’adresse aux personnes particulièrement éloignées de l’emploi, notamment :

  • chômeurs de longue durée,
  • personnes bénéficiaires des minimas sociaux (RSA...),
  • jeunes de moins de 26 ans en grande difficulté,
  • travailleurs reconnus handicapés .

Retrouvez plus d’informations sur les structures d’insertion par l’activité économique

1 250 salariés en insertion en 2016

En 2016, le département compte 17 structures d’insertion par l’activité économique (SIAE), E&S Sologne ayant cessé son activité en début d’année. Ces structures ont pour rôle de favoriser le retour à l’emploi de personnes qui en sont éloignées. Elles ont ainsi embauché 1 250 personnes en insertion au cours de l’année. Cet effectif se réduit encore (- 2,4 % en 2016) mais le volume global d’heures réalisées s’accroît de nouveau (+ 3 % en un an) et représente 259 équivalents temps plein.
431 700 heures ont été collectées, notamment auprès de particuliers, d’associations et d’entreprises. Les collectivités territoriales, qui ont la possibilité d’intégrer une clause d’insertion dans leurs marchés publics, ont généré 8 000 heures supplémentaires par rapport à l’année antérieure.

Le chiffre d’affaires progresse pour atteindre 7,1 millions d’euros.

Cette étude est réalisée en partenariat avec l’UD41-Direccte et le Conseil départemental. Elle s’appuie sur les données recueillies auprès de l’ensemble des structures via un outil de saisie en ligne développé par l’Observatoire.

Consultez le bilan détaillé

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics