Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Accès et retour à l’emploi > Travailleurs handicapés > CDD Tremplin handicap : une passerelle vers l’emploi

CDD Tremplin handicap : une passerelle vers l’emploi

| Publié le 1er octobre 2019 | Dernière mise à jour le 7 octobre 2019
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Parmi les 14 entreprises adaptées (EA) de la région habilitées à expérimenter le CDD tremplin, AMIPI 41 a été la première à se lancer. Objectif ? Accompagner les personnes handicapées au cours de leur CDD afin qu’elles soient ensuite à même d’occuper un emploi chez un autre employeur du milieu ordinaire.

Permettre à une personne handicapée sans emploi de signer un CDD avec une entreprise adaptée (EA) en vue de bénéficier d’une expérience professionnelle, d’une formation qualifiante et d’un accompagnement renforcé favorisant la réalisation de son projet professionnel : telle est la finalité du CDD tremplin, d’une durée de 4 à 24 mois, qui doit aider son bénéficiaire à trouver un emploi chez un autre employeur du milieu ordinaire (public ou privé).
L’expérimentation de ce CDD tremplin, prévue la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » du 5 septembre 2018 et financée par l’Etat via une aide au poste, a donné lieu à un appel à candidatures auprès des EA volontaires dans toute la France sur 2018 – 2019.

Retrouver l’estime de soi

« Nous nous sommes inscrits dans ce dispositif forts du travail accompli par les 6 EA (930 collaborateurs, dont 800 travailleurs handicapés) de la Fondation AMIPI Bernard Vendre, reconnue d’utilité publique, qui démontre qu’il est possible d’accompagner des personnes en situation de handicap cognitif vers l’emploi, explique Sophie Labatut, DRH de la Fondation. Grâce à notre méthode, qui s’appuie sur un fondement scientifique sur la plasticité du cerveau et se base sur la répétitivité de l’apprentissage, nous avons réalisé 113 insertions en entreprise classique depuis 2009 ».
« Notre modèle est un modèle juste, qui fonctionne, et a vocation à faire largement école, ajoute Jean-Marc Richard, président de la Fondation AMIPI. Il n’y a dans nos EA que des personnes, pas des handicapés. Ils travaillent dans un environnement de répétition de tâches et de confiance. Cela leur permet de retrouver leur place dans l’entreprise et dans la société, ainsi que l’estime de soi  ».

Des faisceaux électriques pour l’automobile

La Fondation s’est engagée sur 24 CDD tremplin, dont 4 sur le site de l’AMIPI 41, une usine de production, d’apprentissage et d’insertion qui fabrique des faisceaux électriques pour l’industrie automobile. Les 2 personnes déjà présentes, grâce au partenariat noué avec Cap emploi, vont travailler sur des postes d’opérateurs de fabrication puis des métiers connexes leur permettant de développer une certaine polyvalence et d’acquérir de nouvelles compétences pour aller vers une entreprise classique. « L’accompagnement proposé par AMIPI 41 débute par une journée de recrutement avec passage de quelques tests pour vérifier que la personne a besoin de nos apprentissages, relate Philippe Dussauzet, directeur du site blésois. La personne bénéficie alors du CDD tremplin si elle satisfait aux critères de ce type de CDD (voir encadré ci-dessous) ». Des critères un peu trop stricts selon Sophie Labatut.

En CDD tremplin, je suis un homme heureux !

Sylvain Paul, 37 ans, fait partie des 2 premiers bénéficiaires d’un CDD tremplin chez AMIPI 41. « J’étais à la recherche d’un emploi et je me suis dit pourquoi pas essayer le CDD tremplin, témoigne-t-il. Chez AMIPI 41, j’ai été formé sur des machines et appris beaucoup de choses. Tout se passe bien et il y a une bonne équipe. Mon objectif est de revenir au travail en entreprise ordinaire, pas forcément dans les faisceaux électriques, pourquoi pas dans la restauration ou le métier de paysagiste qui était le mien autrefois. Je suis un homme heureux ». Et c’est encourageant !

Publics éligibles au CDD tremplin

Recrutement sur proposition du service public de l’emploi

- Sans emploi depuis au moins 12 mois continus ou discontinus dans les 18 derniers mois
- Bénéficiaires des minimas sociaux (AAH, ASI, ASS, ADA, ATA, AV, RSA)
- Licencié pour inaptitude avec un projet professionnel hors EA
- Personne courant le risque de perte d’emploi en raison du handicap
- Autre situation résultant de l’expertise du service public de l’emploi (SPE)

Recrutement direct (personne sans emploi)
- Sans emploi depuis au moins 12 mois continus ou discontinus dans les 18 derniers mois
- Bénéficiaires des minimas sociaux (AAH, ASI, ASS, ADA, ATA, AV, RSA)
- Sortant d’une EA avec un projet de transition professionnelle hors EA
- Sortant d’un centre de rééducation professionnelle (CRP)

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics