Direccte Centre-Val de Loire
Accueil > COVID-19 > Santé - Sécurité au travail > Actualité - Evènements > Enquête nationale sur la vente de masques : qualité certifiée et prix (...)

Enquête nationale sur la vente de masques : qualité certifiée et prix encadré

| Publié le 27 mai 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

La DGCCRF a lancé début mai, une enquête nationale pour garantir l’accès des Français à des masques de qualité et à des prix corrects. L’enquête a révélé qu’il régnait une grande confusion sur l’usage et les différentes catégories de masques. On constate même très souvent une absence totale d’informations. C’est sur ce point que le ministère de l’Economie et des Finances va concentrer ses efforts.

À la demande d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, la DGCCRF a lancé début mai une enquête nationale pour garantir l’accès des Français à des masques de qualité et à des prix raisonnables.

5673 établissements contrôlés, 177 avertissements et un taux de conformité de 96%

Au cours des trois premières semaines de mai, 5 673 établissements (supermarchés, pharmacies, grossistes mais également fabricants ou importateurs de masques de protection) ont fait l’objet d’un contrôle, en particulier sur la base de 532 signalements reçus sur la plateforme SignalConso. Ces contrôles ont donné lieu à 177 avertissements, 18 injonctions de remise en conformité et 9 procès-verbaux pénaux en cas d’atteinte grave à l’information des consommateurs (pratiques commerciales trompeuses notamment). Il résulte de ces données un taux de conformité supérieur à 96% qui témoigne du sérieux et de la qualité du travail des professionnels.

Hausse du nombre d’établissements qui vendent des masques et un plafond fixé à 0,95€

Les contrôles mettent en évidence une nette progression du nombre d’établissements proposant à la vente des masques de protection. Les premiers relevés de prix effectués ont permis de s’assurer que l’encadrement des prix des masques de type chirurgical (prix plafond à 95 centimes) est globalement bien respecté, la majorité des masques étant d’ailleurs vendus à un tarif de l’ordre de 60 centimes, notamment dans la grande distribution.

Masques textiles : certes moins chers mais à durée de vie limitée

En ce qui concerne les masques textiles, et plus particulièrement les masques « grand public » à filtration garantie, pour la plupart lavables et réutilisables plusieurs fois, leur prix de vente s’avère en moyenne inférieur à 50 centimes par utilisation, quel que soit le canal de vente. Environ un tiers des masques sont commercialisés à des prix de l’ordre de 10 à 30 centimes à l’utilisation. Mais certains produits dépassent les 50 centimes à l’utilisation voire un euro. Il s’agit, pour ces derniers, très majoritairement de produits dont le nombre de lavages possibles est faible (moins de 10). Ce point fera l’objet de suivis dans les jours qui viennent pour s’assurer un meilleur rapport qualité-prix.

Un manque d’information concernant l’utilisation des masques

Les contrôles menés par la DGCCRF ont enfin mis en évidence de nombreuses confusions voire même un manque d’informations importantes.
- manque d’information ou consignes floues lors de l’achat des masques
- absence de notice d’utilisation ou rédigée dans une langue étrangères
- indications erronées ou manquantes (par exemple le nombre de lavages possibles pour les masques réutilisables)
- confusion entre les différentes catégories de masques commercialisés

Bilan : des prix encadrés, une qualité certifiée, mais une communication sur l’usage des masques à revoir

La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et Finances, a déclaré : « Cependant, si le travail mené par les agents de la DGCCRF révèle que l’encadrement des prix est très majoritairement respecté, il y a encore des progrès à faire pour que les bonnes informations soient apportées aux consommateurs, notamment en ce qui concerne la présence des notices d’usage et la qualité des informations qui y sont inscrites. Nous poursuivrons donc nos contrôles pour protéger au mieux les consommateurs et leur recommandons de nous signaler toute difficulté sur SignalConso. ».

Documents à télécharger :

--

Webmestre |