Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Accès et retour à l’emploi > Insertion par l’activité économique > Faciliter l’embauche durable d’ex chômeurs de longue durée

Faciliter l’embauche durable d’ex chômeurs de longue durée

| Publié le 9 mars 2020 | Dernière mise à jour le 13 mars 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Grâce au dispositif SEVE emploi, les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) ont développer leurs liens avec les entreprises ordinaires et les accompagnent dans le recrutement et l’intégration de leur salarié, ayant connu pour la plupart le chômage de longue durée.

Expérimenté depuis 2016 avec succès chez Entraide et Solidarités à Tours, le dispositif SEVE Emploi est financé par le ministère du Travail. Il vise à rapprocher, d’un côté, les entreprises « ordinaires », qui cherchent à recruter, et de l’autre, d’anciens chômeurs de longue durée employés par une structure d’insertion par l’activité économique (SIAE) et qui souhaitent être embauchés en CDI. La généralisation du dispositif, porté par la Fédération des Acteurs de la Solidarité (FAS), a été confirmée dans le Pacte d’ambition pour l’insertion par l’activité économique remis au Président de la République le 10 septembre 2019. Elle s’inscrit aussi dans la Stratégie de lutte contre la pauvreté.

Expliquer aux entreprises la plus-value d’un passage dans une SIAE

« L’objectif de ce dispositif de formation-action est de professionnaliser les équipes encadrantes de SIAE en les aidant à développer leur portefeuille d’entreprises ordinaires, susceptibles de recruter leurs salariés sur un emploi durable, pas sur un emploi à court terme », explique José Pires Diez, directeur de la FAS Centre-Val de Loire (1). « Il s’agit de mieux les accompagner dans l’apprentissage du vocabulaire et la manière de fonctionner des entreprises ordinaires. Grâce à SEVE Emploi, elles apprennent à leur parler et à leur expliquer tout l’intérêt qu’elles ont à recruter des salariés proposés par des SIAE, ces viviers de compétences ».
En Centre-Val de Loire, l’atelier chantier d’insertion (ACI) Entraide et Solidarités, à Tours, a mené l’expérimentation dans sa totalité à partir de juin 2016. Cet ACI, lancé en 1982 par une association adhérente à la FAS, emploie une centaine de salariés en insertion dans 6 secteurs d’activité (bâtiment, espaces verts, maintenance, prestations extérieures/recyclage, propreté, restauration). Son équipe encadrante a bénéficié les 18 premiers mois de journées de formation et d’un accompagnement dispensés par le cabinet de consultants ONC Développement dans le cadre de SEVE Emploi.

Vérfier que tout va bien une fois le salarié recruté

« En partant de ce qui se faisait sur le terrain, cela nous a permis de voir ce qui marchait et ce qu’il fallait donc garder et développer », explique Sébastien Lamant, directeur adjoint du pôle IAE chez Entraide et Solidarités.
« Nous avons testé des choses et nous nous sommes autorisés à nous tromper, poursuit-il. Nous avons appris à communiquer avec les entreprises, à bannir les mots qui fâchent, à ne pas stigmatiser les personnes que nous accompagnons, mais au contraire à valoriser leurs compétences ». La suite de la formation a porté, à partir de 2018, « sur la manière de rester en contact avec l’entreprise et le salarié pour s’assurer que tout se passe bien », indique Sébastien Lamant. « Nous avons entre autre développé des mises en relation et des mises en situation de travail avec des employeurs de secteurs très variés. Nous avons aussi travaillé sur l’accueil et le suivi des salariés dans leur nouveau poste, avec pour objectif de pérenniser les contrats de travail ».
Et les résultats sont là. Le placement de salariés d’Entraide et Solidarités en emploi durable est passé de 3% en 2016 à 12% en 2017 et 17% en 2018 ! Quatre autres SIAE du Centre-Val de Loire, région qui en compte près de 150, ont démarré à leur tour l’expérimentation début 2020 : les Ateliers Ligéterriens à Tavers (Loiret), l’Association de Solidarité et de Lutte contre les Détresses à Blois, Tours Emploi Services et Le Tremplin à Saint-Pryvé Saint-Mesmin (45).

Ce que propose SEVE Emploi aux équipes encadrantes des SIAE
  • 10 journées de formation-action durant un an pour toute l’équipe de la SIAE.
  • Une dotation de 20 000 euros durant cette année de formation pour la mise en place de la démarche dans la structure.volontaire
  • Une coordination des travaux entre les SIAE, les entreprises, les organismes de formation et les institutionnels assurée par une chargée de mission SEVE Emploi, Isabelle Mestre, pour le Centre-Val de Loire.
  • La participation à des groupes de travail, séminaires et comités de pilotage régionaux et nationaux.

En savoir plus :

Pour en savoir plus : http://www.seve-emploi.com/

--

Webmestre |