Accueil > Cher > Actualité du Cher > L’insertion par l’activité économique : une opportunité pour les (...)

L’insertion par l’activité économique : une opportunité pour les entreprises

| Publié le 5 octobre 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Mieux faire connaître aux entreprises et aux collectivités les structures en charge de l’insertion par l’activité économique de demandeurs d’emploi du Cher, tel était l’ambition du forum initié le 22 septembre dernier à Bourges par l’unité départementale de la Direccte, en partenariat avec la CCI, Pôle emploi et le Conseil départemental.

Chantiers d’insertion, associations intermédiaires, entreprises d’insertion, établissement de travail temporaire d’insertion (ETTI). On recense dans le Cher 18 structures de ce type, appartenant au champ de l’insertion par l’activité économique (IAE). Elles accueillent toutes des demandeurs d’emploi de longue durée qui, à travers une reprise d’activité, acquièrent et développent des compétences professionnelles. Portés par la dynamique d’un collectif de travail, ces derniers reprennent peu à peu confiance en eux. Au terme de leur passage (entre 6 mois et 2 ans), au sein de ces structures, ils sont alors plus à même d’affronter le marché du travail classique.
L’ensemble des structures de l’IAE du Cher se sont impliquées dans la préparation de ce Forum départemental. La plupart y ont tenu un stand pour présenter leur offre de service aux chefs d’entreprises et représentants de collectivités locales. Deux d’entre elles ont même fabriqué les tables et chaises (à partir de palettes de bois) destinées à accueillir les intervenants des 2 tables rondes.

L’effet levier des clauses sociales

Jacques Roger, Directeur départemental de la Direccte Centre-Val de Loire

« Les collectivités ont la possibilité d’introduire des clauses sociales dans leurs marchés publics ou de réserver des marchés à des SIAE » indique Jacques Roger, directeur de l’unité du Cher de la Direccte. « Dans le 1er cas, l’entreprise se voit contrainte d’embaucher directement un certain nombre de demandeurs d’emploi de longue durée ou de sous-traiter une partie de sa prestation à une SIAE ». Le rôle majeur des collectivités (Conseil régional, conseil départemental, communes et intercommunalité) dans le soutien au secteur de l’IAE a été au cœur des débats de la 1ère table ronde (voir diaporama ci-dessous) organisée lors du Forum avec le concours de la chargée de mission clauses sociales de la BGE Cher.

Entreprises-SIAE : un partenariat gagnant

Martine Mempontel, gérante de M2C Confection et Philippe BETREMIEUX, Directeur de l’Entraide Berruyère

Une seconde conférence-débat s’intitulait « les SIAE : une solution aux difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises » (voir diaporama ci-dessous). Plusieurs employeurs y ont témoigné de la plus-value qu’ils pouvaient retirer d’un partenariat dans la durée avec des SIAE.
Ainsi l’entreprise M2C confection, spécialisée dans la haute couture, a déjà plusieurs fois fait appel à l’entreprise d’insertion « l’entraide berruyère ». Celle-ci lui a mis à disposition des personnes en insertion dont certaines ont au final été embauchées. « Dans l’industrie du luxe, les délais sont très courts et les exigences de qualité très fortes » observe Martine Mempontel, gérante de M2C Confection. « Il faut faire preuve d’une grande dextérité, être précis, méticuleux. Les salariés recrutés via l’entraide berruyère et son atelier de couture se sont avérées être le plus souvent des personnes motivées qui avaient à cœur de se former et de sortir de la précarité  ».

Sur-mesure et proximité pour l’entreprise

Jessica Faucard, DRH de Wilo Intec

L’entreprise Wilo intec-400salariés-, équipementier automobile à Aubigny-sur-Nère, entretient elle-aussi un partenariat fructueux depuis près de 30 ans avec Isa Groupe, groupement d’économie solidaire (1). « Je fais appel souvent à eux pour des besoins d’intérimaires qui peuvent parfois déboucher sur un CDI  » témoigne Jessica Faucard, DRH de Wilo intec. « Lorsque nous avons proposé des vélos à nos salariés pour les trajets domicile-travail, nous avons demandé à Isa Groupe de prendre en charge leur entretien. Par ailleurs, tous les ans, nous organisons en interne la journée du développement durable et dans ce cadre nous demandons à Isa groupe de présenter son offre de service à tous nos salariés ».

Renaud Chenon, Directeur d’Isa Groupe

_ « Cette proximité entretenue avec Wilo Intec nous a permis d’expérimenter plusieurs services pour les particuliers tels que la fourniture de paniers légumes bio ou une technique de nettoyage de voiture sans eau  » note Renaud Chenon, directeur d’ISA Groupe. « Aujourd’hui, grâce à ces expérimentations, nous avons fait évoluer notre activité de maraichage et travaillons aussi avec la grande distribution et la restauration collective ».

Reconnaître les savoirs faire professionnels

Nadine Royère, responsable du garage associatif du Cher et Philippe Blanchard, patron du garage Autorepar à Baugy

Responsable du garage associatif et solidaire (GAS) du Cher, Nadine Royère s’est appuyée pour sa part sur les compétences de Philippe Blanchard, patron du garage Autorepar à Baugy (18) qui l’a aidé à construire avec l’AFPA un référentiel métier « assistant mécanicien » afin que les salariés en insertion du GAS puissent valider leurs compétences acquises via une démarche de reconnaissance des savoir-faire professionnels (RSFP). « On a mis au point un examen pratique de niveau CAP » précise P.Blanchard. « Cette collaboration avec le GAS m’intéresse car le cas échéant si j’ai des besoins de recrutement, je n’hésiterai pas à embaucher un de leurs salariés qui sont des personnes sérieuses et motivées ».

Au final, ce forum départemental aura été l’occasion de mettre en lumière au sein des SIAE de nouvelles activités (entretien de véhicule, confection…) à côté de leurs traditionnels terrains d’action que sont le BTP, l’entretien d’espaces verts, le recyclage… Même s’il reste encore du chemin à parcourir pour promouvoir ce secteur souvent méconnu. « On peut envisager d’organiser à l’avenir des réunions d’information auprès de branches professionnelles ciblées (propreté, BTP, espaces verts…) pour leur présenter les spécificités du secteur » remarque Gregory Ferra, directeur adjoint à l’unité départementale de la Direccte. « D’ores et déjà certaines structures ont fait de réel progrès en terme de marketing et de développement commercial. Il faut poursuivre ces efforts et l’Etat continuera à soutenir la professionnalisation des SIAE ».

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics