Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Appui aux entreprises > Innovation > Le Lab’O : incubateur de startups collaboratives

Le Lab’O : incubateur de startups collaboratives

| Publié le 26 août 2016 | Dernière mise à jour le 29 août 2016
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Inauguré le 11 juin dernier sur le site de l’ancienne usine FAMAR, le Lab’O s’affiche sur Orléans comme le lieu totem de la French tech Loire Valley [1]. Chaque mois, de nouvelles startups investissent ce lieu éco-collaboratif. Visite guidée.


D’emblée, en pénétrant dans un vaste hall résolument « open space », nous sommes saisis par l’atmosphère du lieu, à la fois high Tech et ludique. A côté d’un espace restauration où l’actu s’affiche en continu sur grand écran, le visiteur peut, à sa guise, s’avachir dans un pouf coloré du coin détente « délirium », brancher son ordi sur les hautes tables de l’espace coworking, ou tout simplement, faire un break en jouant au baby-foot ou au ping-pong en face de la borne d’accueil.

Bienveillance et entraide

« Le lieu a été pensé et co-construit bien en amont avec un groupe d’entrepreneurs de la sphère numérique afin de bien intégrer leurs attentes » précise Jérôme Richard, patron de la start up Loire Valley et chef du conseil de tribu du Lab’O. « 7 groupes de travail ont été constitués dès 2015 pour imaginer l’aménagement, mais aussi l’animation, les services offerts et la promotion du site. Nous ne voulions pas d’une simple pépinière numérique mais bien un lieu différent, où souffle un esprit de bienveillance et d’entraide mutuelle entre ses membres ».

Un comité de sélection atypique

« C’est précisément cet esprit que nous souhaitons voir cultiver par les nouveaux locataires » renchérit Frédéric Ros, directeur d’Orléans Val de Loire Technopôle (OVLT) et chef d’orchestre du comité de sélection qui se réunit tous les mois. "En effet, au-delà de leur caractère innovant et de leur lien avec la planète digitale, les startups candidates au Lab’O doivent aussi être prêtes à partager leur savoir faire et à consacrer du temps pour soutenir le cas échéant leurs colocataires. « Outre des représentants institutionnels [2], le comité intègre des membres issus de deux mondes complémentaires ; celui de l’économie traditionnelle (avec un banquier, un assureur, un expert-comptable…) et celui de la French Tech (représentants d’entrepreneurs du Lab’O) pour qui l’innovation rime avec échange et créativité ».

Partage d’expertises

En retour de leur implication, les porteurs de projet et les entreprises du Lab’O bénéficient d’une large offre de service : accompagnement individuel, expertise… « Nous préparons pour novembre prochain le lancement d’un programme d’accélération de startups » explique Izabela Sandu, chargée d’affaire innovation à l’OVLT. « D’une durée de 6 à 9 mois, cette formation-action sera proposée dans un premier temps à 4, 5 startups et inclura des mises en relation et des ateliers pratiques et théoriques. Nous allons aussi organiser des mini conférences d’une heure qui seront animées par les entrepreneurs eux-mêmes. La programmation s’effectuera en fonction de l’expertise et des centres d’intérêt de chacun. Par exemple, moi je pourrai faire un exposé sur le financement de l’innovation et en retour je serai preneuse d’une formation à la gestion du temps ».

Incubateur d’évènementiels

Co-fondateur d’un site dédié aux partages de services et d’objets entre étudiants, Rafaël De Oliveira vient d’emménager au Lab’O avec ses deux associés. « Ce site est pour nous une chance extraordinaire » indique-t-il. « Il nous apporte une émulation entrepreneuriale, un vrai confort matériel car auparavant nous partagions activité professionnelle et vie privée dans un appartement, et enfin une réelle crédibilité par rapport à nos partenaires ».
S’il avoue ne pas avoir pu se rémunérer la 1ère année d’activité, il compte bien augmenter le trafic de son site par de nouvelles applis sur smartphone que pourront utiliser facilement les universités et bureaux des élèves.
Enfin, pour que le Lab’O devienne le tremplin incontournable attendus par tous les acteurs locaux de la French Tech, il est d’ores et déjà prévu d’en faire le lieu par excellence des évènements du secteur : Start’up week-end [3], TEDx Orléans [4], hackaton [5]« Nous sommes en train de créer une association qui aura pour objet de structurer tous les évènements numériques sur Orléans » témoigne, enthousiaste, Jérôme Richard.

Pierre DUSSIN

Visite du Lab’O effectuée le 11 juillet 2016

Notes

[1Le dispositif French Tech a été lancé en 2013 par le Gouvernement. En savoir plus

[2représentants de l’Agglo/ville, d’Orléans Pépinière, de la CCI, de l’OVLT

[3Développeurs, entrepreneurs, spécialistes du marketing, graphistes… s’enferment pendant un WE pour trouver un concept et créer une nouvelle start’up

[4Conférence thématique dont le format ne doit en aucun cas s’apparenter à celui d’une conférence classique

[5Evènement réunissant des développeurs autour d’un thème commun pour faire de la programmation collaborative, sur des projets concurrents

--

->Articles du même thème :

 

Les référents PME départementaux :

Cher  : ✉Guillaume Leduc

Eure et Loir : ✉Sébastien Galtié

Indre : ✉Karen Choubrac

Indre et Loire : ✉Martine Danière

Loir et Cher : ✉Didier Moreau

Loiret : ✉Célia Martin

 

Liens
Ministère de l'économie, de l'industrie et du numérique
 
Commerce extérieur
 
Direction générale des entreprises
 
ARITT Centre
 
Semaine de l'industrie
 
bpifrance
 
Observatoire des aides aux entreprises
-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics