Accueil > Indre-et-Loire > Actualité de votre département > Les entreprises adaptées présentent leur offre de service

Les entreprises adaptées présentent leur offre de service

| Publié le 20 octobre 2016
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Le 11 octobre dernier se déroulait à Saint-Cyr-sur-Loire la "2ème matinale des entreprises adaptées d’Indre-et-Loire". Celles-ci ont pu exposer leur offre de service à 30 clients potentiels, représentants d’entreprises privée ou de collectivités locales, venus découvrir la diversité des prestations offertes par ces structures qui emploient 80% de travailleurs handicapés.

Elles sont 8 entreprises adaptées (EA), agréées par la Direccte Centre-Val de Loire, à tenir un stand dans ce vaste hall de l’Escale ce mardi matin. Chacune présente ses savoir-faire, dépliants et matériels à l’appui, dans l’espoir de séduire de futurs clients, privés ou publics, avec qui elle pourrait conclure des contrats de sous-traitance, de fournitures ou de prestations de service.
Leurs domaines d’intervention sont diversifiés comme l’écrit Brigitte Le Nerrant, déléguée régionale UNEA Centre-Val de Loire dans la plaquette d’invitation à cette matinale. Cela couvre "le secteur industriel (mécanique, métallerie, câblage), le multiservices (centres d’appels, travaux paysagers, bâtiment, blanchisserie, prestations externes...) mais aussi les services administratifs (back office, gestion de paye) ou logistiques".

Un déficit de notoriété auprès du monde économique

Initiées conjointement par l’Etat (Direccte), le MEDEF 37 et le Centre de gestion (des collectivités locales) d’Indre et Loire, ces matinales ont pour principal objectif de mieux faire connaître les métiers et activités des EA qui souffrent encore souvent d’un déficit de notoriété.
Pourtant en 2015, celles-ci ont employé 521 salariés sur le département et ont permis à 448 travailleurs handicapés de retrouver une activité en milieu ordinaire de travail. A la différence des ESAT (ancien CAT), avec lesquels on les confond souvent, et qui eux font travailler des personnes handicapés dans un milieu protégé avec un suivi médical à l’appui.

Un environnement concurrentiel

"Dans une EA, les travailleurs handicapés sont des salariés à part entière et disposent de tous les droits s’y afférent : rémunération minimale, convention collective, formation professionnelle, couverture sociale..." précise Pierre Fabre, Directeur départemental de la Direccte. "Comme n’importe quelle entreprise, une EA doit faire face à un univers concurrentiel et se battre pour se développer et remporter des marchés" renchérit Clément Martinez, ....au MEDEF et ancien chargé de développement de Social3, une EA spécialisée dans la gestion de paye.
Toutefois, en contre partie de l’obligation d’embauche de 80% de personnes en situation de handicap, l’Etat accordent aux EA des aides au poste. "En 2015, nous leur avons accordé plus de 5,5 millions au titre de ces aides au poste" indique Paul Sehki, chargé de mission "insertion des travailleurs handicapés" à la Direccte 37. "Cette même année, les EA ont dégagé un chiffre d’affaires de plus de 19 millions d’euros dont 13 millions de masse salariale chargée. L’effet levier des aides d’État est donc important".

Un tremplin possible vers la sphère économique de droit commun

Spécialisée dans la fabrication de faisceau électrique pour des équipementiers et constructeurs automobiles (PSA, Renault...) la fondation AMIPI emploie près de 120 opérateurs sur son usine de Tours. Sur les chaines d’assemblage, les travailleurs handicapés doivent faire preuve de dextérité mais aussi de savoir être (ponctualité, travail en équipe...). "Nous leur demandons de la qualité, mais aussi du rendement" précise Sophie Suet, responsable de l’insertion professionnelle sur les sites de Tours et du Mans.
La Fondation a créé un pôle insertion spécifique destiné à aider leurs salariés à trouver leur place à l’extérieur en milieu ordinaire de travail. "Cela se passe en 3 temps" poursuit Sophie Huet. "Tout d’abord on met en relation une entreprise qui recrute avec un de nos salariés dont le profil semble convenir. Puis ce dernier fait un stage, de 2 à 4 semaines, dans l’entreprise pour vérifier les adéquations. Enfin, si cela se passe bien, nous le mettons à disposition de l’employeur pour prendre le temps de valider les compétences demandées. In fine, le recrutement peut s’opérer en toute sécurité. Depuis 2009, 70 collaborateurs ont ainsi pu trouver un travail hors de nos murs".

Des collectivités locales intéressées

Des représentants de la Communauté de communes "Touraine Nord Ouest" ont participé pour la première fois à ce forum. "Nous fusionnons avec le Pays de Bourgeuil et allons ainsi regrouper 29 communes pour 30 000 habitants" indique Lydie Blot, Responsable finances et ressources humaines. "Nous n’avons pas de service technique et pourrions donc être intéressés par des prestations de second œuvre bâtiment ou d’entretien d’espaces verts. Pourquoi pas aussi faire appel ponctuellement à une EA pour de la numérisation de documents, des relances téléphoniques... Mais le plus gros travail sera d’abord de sensibiliser en interne notre personnel aux problématiques du handicap afin que l’intervention d’une EA dans nos services soit bien acceptée".

Pierre DUSSIN

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics