Direccte Centre-Val de Loire
Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Accès et retour à l’emploi > Jeunes > Les partenaires sociaux au cœur du pilotage des mesures emploi du Plan de (...)

Les partenaires sociaux au cœur du pilotage des mesures emploi du Plan de relance

| Publié le 1er octobre 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Lors d’une session exceptionnelle du Comité Régional de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelle (CREFOP) qui s’est tenue le 30 septembre 2020, l’État, le Conseil régional, les organisations professionnelles et syndicales de salariés et les acteurs de l’emploi et de l’insertion ont échangé sur la déclinaison régionale des mesures du Plan de relance du gouvernement en faveur de l’emploi : Plan « 1jeune, 1solution » et maintien de l’emploi et des compétences des salariés.

Pierre Pouëssel, Préfet de région et François Bonneau, Président du Conseil régional souhaitent que le CREFOP soit investi en tant qu’instance régionale de pilotage et de suivi de la mise en œuvre des mesures de relance en faveur de l’emploi et de l’insertion. Cette proposition, encouragée par les partenaires sociaux, traduit la volonté régionale de co-construction des politiques publiques.

Ne laisser aucun jeune sur le bord de la route


Le plan « un jeune, une solution » présenté lors de cette session, alors que près de 750 000 jeunes au niveau national entrent sur un marché du travail perturbé par la pandémie, comporte 3 axes : faciliter les embauches (aides financières), orienter vers les secteurs et métiers d’avenir (développement des compétences) et accompagner les jeunes les plus éloignés de l’emploi (dispositifs d’insertion).
L’aide à l’embauche des moins de 26 ans (4000 euros), les emplois francs + destinés aux jeunes des quartiers et l’aide exceptionnelle à l’apprentissage et au contrat de professionnalisation (de 5000 à 8000 euros) sont des aides temporaires. Elles prennent fin respectivement le 31 janvier et le 28 février 2021. Il est donc urgent d’en faire la promotion auprès des entreprises et la Direccte mettra à disposition des 40 signataires (organisations professionnelles et syndicales) du Pacte régional économique et social de soutien à la relance et des professionnels de l’emploi un document synthétisant toutes les aides à l’embauche pour diffusion auprès de leurs réseaux d’entreprises.
Autres mesures nouvelles : la création d’un contrat aidé, le CIE jeunes, destiné au secteur marchand et la refonte de l’offre de formations qualifiantes pour près de 5000 jeunes, quel que soit leur niveau d’études, grâce à une dotation supplémentaire de l’Etat pour 2021 de 27 millions d’euros dans le cadre du Pacte régional d’investissement dans les compétences.
Le Conseil régional a annoncé la mise en place du « combo parfait », une combinaison de mesures en faveur des jeunes qui comprend une offre de formation, une augmentation de la rémunération des stagiaires de la formation et une aide au permis de conduire.

Maintenir l’emploi et préserver les compétences

Pierre Garcia, Directeur régional de la Direccte, rappelle que le taux d’indemnisation du chômage partiel sera abaissé à 36% pour tous les secteurs d’activité dès le 1er janvier prochain. Aussi pour que les entreprises confrontées à une baisse durable d’activité puissent continuer de préserver leur emploi tout en formant leurs salariés en chômage partiel, a été créé le 1er juillet dernier un nouveau dispositif  : l’activité partielle longue durée. La mise en œuvre de celle-ci nécessite la signature d’un accord de branche étendu ou d’un accord d’entreprise ou une décision unilatérale de l’employeur valant accord. Il est demandé là aussi aux partenaires du CREFOP de relayer largement cette mesure qui permet en cas de Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), d’éviter ou de limiter la réduction d’effectif.

Une mobilisation concertée de tous les acteurs

Pour que ces mesures puissent être déployées rapidement dans les territoires, les partenaires sociaux présents ont insisté sur la nécessaire implication et la bonne coordination de tous les acteurs concernés : Service Public de l’Emploi, branches professionnelles et clubs d’entreprises, acteurs de la formation et de l’apprentissage, monde associatif, acteurs du monde scolaire et étudiant…
C’est aussi l’ambition du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion qui a demandé aux Direccte de favoriser l’élaboration de plans d’actions pour déployer le plan 1jeune/1solution au niveau régional et départemental. Ces plans prendront en compte les secteurs et métiers prioritaires ou en tension recensés localement. Ils feront l’objet d’une présentation au CREFOP lors d’une prochaine session.

--

Webmestre |