Leviers juridiques

Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Les procédures amiables : Mandat ad hoc – Conciliation

En cas de période difficile, sans cessation des paiements dans un cas ou de moins de 45 jours dans l’autre, le Président du Tribunal de commerce peut être saisi pour que soit désigné un mandataire ad hoc ou un conciliateur. Ces procédures demeurent confidentielles.
Le mandataire ad hoc accompagne le dirigeant sur une durée définie pour l’assister dans le traitement de ses difficultés (par exemple, pour négocier avec ses créanciers, les clients …).
Le conciliateur, pour une durée de 5 mois maximum, va aider le dirigeant à faire face à des difficultés juridiques, économiques ou financières, avérées ou prévisibles (recherche d’un accord amiable avec les créanciers pour remettre ou échelonner les dettes, rechercher un repreneur …).

Les procédures collectives : procédure de sauvegarde, redressement judiciaire, liquidation judiciaire

Lorsque l’entreprise, sans être en cessation des paiements, justifie de difficultés qu’elle n’est pas en mesure de surmonter, la procédure de sauvegarde peut la protéger temporairement de ses créanciers pour lui permettre de se réorganiser et de renégocier ses dettes.
En cas de cessation des paiements à 45 jours, les procédures de redressement ou de liquidation judiciaires doivent être déclenchées. Après une ou plusieurs périodes d’observation, le tribunal valide un plan de redressement, dans le but de poursuivre l’activité, ou un plan de cession. Si son redressement est manifestement impossible, l’entreprise doit faire l’objet d’une procédure de liquidation judiciaire. Sous certaines conditions, la personne physique qui exerce une activité commerciale, artisanale, agricole ou une activité professionnelle indépendante, peut demander à bénéficier de la procédure de rétablissement professionnel.

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics