Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Economie de proximité > Commerce artisanat > Maître-Restaurateur, un titre d’excellence

Maître-Restaurateur, un titre d’excellence

| Publié le 3 juillet 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Valoriser la profession, attirer les clients, faire connaître le professionnalisme et l’attachement à la qualité des restaurateurs, tel est l’objectif du label « maître-restaurateur », créé en 2007.

Des qualifications professionnelles attestées

Les candidats qui sollicitent le titre de maître-restaurateur doivent justifier d’une qualification professionnelle avérée (baccalauréat, brevet professionnel ou supérieur, CAP, BEP avec cinq ans d’expérience en qualité de dirigeant de restaurant ou d’une expérience professionnelle avérée en restauration (dix ans).

Des règles de qualité strictes

Le restaurateur s’engage à respecter des règles simples définies dans un cahier des charges approuvé par un arrêté ministériel. Le restaurateur doit ainsi respecter les critères de qualité dans les domaines suivants :

Une cuisine authentique

Le restaurateur doit pratiquer une cuisine "authentique", sous la responsabilité directe du restaurateur ou de son chef cuisinier, ne recourant pas à l’assemblage ou à des plats déjà préparés qu’il s’agirait simplement de « réchauffer ». La carte doit comporter au moins cinq produits régionaux de saison (au sens des régions administratives), hors boissons.

Un accueil de qualité

Le personnel de salle doit être composé au moins d’une personne titulaire au minimum d’un CAP et d’une expérience professionnelle de deux ans. Le but : offrir aux clients un accueil de qualité (amabilité, courtoisie, informations précises sur le menu, tenue soignée, qualité des documents remis aux clients, information à des destinations des personnes à mobilité réduite).

Des aménagements intérieurs et extérieurs étudiés

Le restaurateur doit soigner particulièrement l’aménagement intérieur et extérieur de son établissement pour le rendre accueillant et chaleureux (mise en place de la table, équipements pour les personnes handicapées à mobilité réduite et pour les enfants). Les extérieurs doivent être propres, éclairés, offrir des conditions de sécurité suffisantes. L’accessibilité des clients doit être facile et agréable.

Un titre délivré pour 4 ans par le préfet de département

Après avoir fait réaliser, à ses frais, un audit de conformité aux cahiers des charges et si le rapport est favorable, le restaurateur envoie son dossier à la préfecture. Le préfet de département délivre le titre pour quatre ans. Le demandeur doit solliciter son renouvellement.

Une reconnaissance des compétences récompensée par un crédit d’impôt

L’État accorde, pour récompenser les efforts des professionnels, un crédit d’impôt égal à 50 % des dépenses (frais d’audit, certaines dépenses de formation du personnel, investissements en matériels) plafonnées à 30 000 €.

En savoir plus :

La gastronomie régionale à l’honneur

Au 23 juin 2017, la région Centre-Val de Loire compte 152 maîtres-restaurateurs

Cher 16
Eure-et-Loir 14
Indre 16
Indre-et-Loire 36
Loir-et-Cher 25
Loiret 45

La France compte près de 3 000 maîtres-restaurateurs. Le nombre de titres obtenus en région Centre-Val de Loire représente 5 % des titres à l’échelon national.

 
 

 
Liens
Portail de l'Economie et des Finances
 
La fête de la gastronomie en région Centre sur Facebook
-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics