Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Fonds européens > Fonds social européen > Actions financées par le FSE en région Centre > Mobiliser des jeunes en grandes difficultés grâce aux chantiers (...)

Mobiliser des jeunes en grandes difficultés grâce aux chantiers d’insertion

| Publié le 18 avril 2014
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter


Laureen est l’une des quatre salariés du chantier d’insertion intercommunal BTP. Porté par l’association les Chantiers d’Insert jeunes à Châteauroux, ce dispositif s’adresse à des jeunes très éloignés de l’emploi. Pendant 24 mois au maximum, ils vont découvrir le monde du travail et ses contraintes en effectuant des travaux de peinture, de maçonnerie, de pose de papier peint ou de carrelage dans les communes de l’agglomération. « Mon rôle, c’est de leur transmettre les premières bases du métier, explique André Faucon, encadrant technique du chantier d’insertion. Mais c’est aussi et surtout leur apprendre à être à l’heure, à travailler en équipe, à respecter la discipline… et ce n’est pas toujours facile. »

« On a des gens qui sont en grandes difficultés, avec des niveaux d’étude ne permettant pas d’entrer tout de suite en emploi ou en formation » poursuit Thierry Demars, directeur de l’association.
« Nombreux sont ceux qui effectuent une remise à niveau pendant leur contrat pour apprendre ou réapprendre à lire, écrire et compter. Car ici, le travail est surtout “ un levier ”, explique Fawzi Boussourra, conseiller en insertion professionnelle à la Mission Locale de Châteauroux. C’est aussi un revenu, il offre donc un premier niveau de stabilité à partir duquel on va pouvoir travailler sur les problématiques liées au logement, à la mobilité mais aussi à l’image de soi. » Tous les jeunes bénéficient en effet d’un suivi individualisé.

« Adeline [l’accompagnatrice sociale de l’association] m’a aidé pour les papiers et les impôts » confirme Anli, 18 ans. « Nous les aidons à régler leurs problèmes mais nous ne faisons pas à leur place, précise Thierry Demars. Notre objectif est qu’ils se prennent en charge. »

Parmi les jeunes ayant quitté le chantier en 2013 : Priscilla. Mère célibataire, elle n’a pu trouver de solution de garde pour ses enfants et a dû abandonner son projet de formation. Armen lui a été embauché
par un artisan.

--

->Articles du même thème :

Documents à télécharger :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics