Accueil > Travail et relations sociales > PARTENARIAT DIRECCTE / UNIVERSITE D’ORLEANS : Renforcer l’expertise de l’Etat (...)

PARTENARIAT DIRECCTE / UNIVERSITE D’ORLEANS : Renforcer l’expertise de l’Etat et des partenaires sociaux

| Publié le 25 juin 2018 | Dernière mise à jour le 11 juillet 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Le 20 décembre 2017, Ary Bruand, Président de l’Université d’Orléans et Patrice Greliche, Directeur de la Direccte ont signé une convention de partenariat visant à initier des projets conjoints de recherche et d’études en matière de droit du travail. Au programme également des conférences-débat et la création d’un diplôme d’université « dialogue social » pour informer et former les acteurs de la négociation collective en entreprise.

« Ce partenariat est une réelle opportunité pour nos services d’améliorer nos actions tant à destination des employeurs que des salariés » déclare Nadia Rolshausen, responsable du Pôle « Travail » à la Direccte. « Nous venons de lancer dans ce cadre 2 études/recherche dont les résultats devraient permettre à nos services renseignements de mieux répondre aux questions des particuliers employeurs et salariés à domicile ainsi qu’à nos services de santé au travail de mieux assurer un suivi médical homogène des salariés sur tous les territoires ».

La première étude vise à étayer la base juridique sur laquelle les agents s’appuient pour renseigner les particuliers employeurs concernant leurs obligations en matière de suivi médical de leurs salariés, de prévention des risques ou encore lors de licenciement. La seconde se traduit par la mise en place d’un laboratoire d’innovation au sein des services de santé au travail interprofessionnels (SSTI) de la région. Il s’agira ici, avec l’appui de l’université, d’analyser les pratiques de la médecine du travail via le propre regard des professionnels de santé (médecins, infirmières, IPRP [1] , secrétaires médicales…) invités à revisiter leurs gestes et à réinterroger leur mode d’organisation en s’appuyant sur la diversité de leurs expériences. L’objectif final étant d’identifier de nouveaux modes d’intervention susceptibles de garantir l’universalité du suivi médical de chaque salarié, en fonction de ses besoins et de son environnement.

Par ailleurs, comme stipulé dans la convention université/direccte, les étudiants du master 2 « droit social et gestion des ressources humaines » ont d’ores et déjà organisé avec succès sur le campus de La source (45) deux conférences-débats ayant pour thèmes le nouveau « conseil social et économique » instauré par les ordonnances travail ainsi que « la digitalisation des processus RH ». Quatre nouvelles conférences sont prévues d’ici fin 2018. Y participent de nombreux étudiants mais aussi des DRH, élus du personnel et agents de l’inspection du travail. Ces derniers bénéficieront par ailleurs lors de leur prochain séminaire régional interne de l’intervention de conférenciers enseignants-chercheurs du Cnam et de l’université sur les deux thèmes suivants : « digitalisation du travail et santé » et « digitalisation : environnement juridique et organisationnel ».

Notes

[1Intervenants en prévention des risques professionnels

 
Liens
Ministère du travail
 
Travailler mieux
 
Egalité professionnelle
 
L'emploi des seniors
 
Demande d'homologation de rupture conventionnelle
 
Université Orléans:Master droit social-GRH
--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics