Direccte Centre-Val de Loire
Accueil > COVID-19 > Soutien à l’économie et plan de relance > Mesures sectorielles spécifiques > Plan de soutien à l’aéronautique : vers une industrie verte et (...)

Plan de soutien à l’aéronautique : vers une industrie verte et compétitive

| Publié le 15 juin 2020 | Dernière mise à jour le 3 août 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

L’industrie aéronautique française et européenne était habituée depuis près de 30 ans à une croissance soutenue par une augmentation constante du trafic aérien. Les carnets de commandes d’Airbus étaient remplis pour de longues années. Et par conséquent celui de centaines de PME dans toute la France. La crise a mis un coup d’arrêt à cette croissance.

Une filière stratégique pour l’économie française

La crise sanitaire liée au Coronavirus COVID-19 a porté un coup d’arrêt brutal au transport aérien dans le monde. Cette crise ne doit pas mettre en péril le savoir-faire de cette industrie d’excellence ni obérer ses capacités de rebond et d’innovation, d’autant que la continuité de la progression technologique constitue le cœur de ses succès.

En l’espace de quelques semaines, les compagnies aériennes mondiales, globalement en croissance auparavant, ont été confrontées à des difficultés financières et une perte de chiffre d’affaires qui pourraient dépasser 280 milliards d’euros en 2020, mettant en jeu leur survie même. Cette crise met aussi à risque les commandes d’appareils neufs ainsi que l’activité de maintenance et de fabrication de pièces de rechanges.

Les conséquences pour les entreprises de la filière aéronautique française, qui représente 300 000 emplois et 58 milliards d’euros de chiffre d’affaires sont directes. Les prévisions actuelles pour le transport aérien n’anticipent pas de retour au niveau pré-crise avant 2023.

L’industrie aéronautique française et européenne a un rôle central à jouer dans la décarbonation du trafic aérien mondial. La flotte Airbus représente environ 45% de la flotte mondiale d’appareils moyen et long-courriers, et Safran motorise plus de 70% des avions moyen-courriers dans le monde. Soutenir l’industrie aéronautique française est donc indispensable à la réduction sur le long terme des émissions de CO2 du trafic aérien.
La filière aéronautique est présente sur l’ensemble des Régions françaises, et elle dispose d’une empreinte territoriale très marquée dans certains territoires, notamment dans les régions Occitanie, Ilede-France et Nouvelle-Aquitaine. En Occitanie, elle représente environ 90 000 emplois, soit près de 40% de l’emploi industriel de cette région.

Ce plan représente plus de 15 milliards d’euros d’aides, d’investissements et de prêts et garanties. Il a été coordonné avec le groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS) et l’ensemble des industriels.

Trois directions avec un seul objectif : produire en France les avions et les hélicoptères propres de demain pour rester une nation leader de l’aéronautique dans le monde.

1ère direction : répondre à l’urgence en soutenant les entreprises en difficulté et protéger leurs salariés

Afin d’assurer le soutien à l’ensemble des entreprises de la filière et d’éviter les défaillances, les aides apportées dès le mois de mars continueront à pouvoir être utilisées, notamment en ce qui concerne les prêts garantis par l’État et l’évolution du dispositif d’activité partielle.

Par ailleurs, les garanties exports permettront d’éviter les annulations et reports de commandes d’avions, et la commande publique (militaire, sécurité civile et gendarmerie) apportera de la charge immédiate pour toute la filière.

2e direction : investir dans les PME et les ETI pour accompagner la transformation de la filière

- 500 millions d’euros de capital dès juillet 2020, permettant d’atteindre à terme 1 milliard d’euros de capacité de financement, pour intervenir en fonds propres et favoriser le développement et les consolidations des entreprises de la filière.
- 300 millions d’euros de subventions pour accompagner les entreprises fournisseurs et sous-traitantes de la filière dans leur transformation et leur montée en gamme.

3e direction : investir pour concevoir et produire en France les appareils de demain

1,5 milliard d’euros d’aides publiques sur les trois prochaines années seront investies pour soutenir la R&D et l’innovation du secteur dans la durée. Doté de 300 millions d’euros dès 2020, son objectif est de faire de la France l’un des pays les plus avancés dans les technologies de l’avion propre, en préparant la prochaine rupture technologique, en continuant à travailler sur la réduction de la consommation en carburant, l’électrification des appareils et la transition vers des carburants neutres en carbone comme l’hydrogène. Cette action permettra ainsi de conforter la place de leader de la France et de l’Europe dans l’aéronautique au niveau international mais également de faire levier sur la décarbonation de la flotte mondiale, jouant ainsi un rôle prépondérant dans la lutte contre le changement climatique.

Les engagements des entreprises de la filière
Ce soutien massif de l’État s’accompagne d’engagements des entreprises de la filière et notamment des grands donneurs d’ordre sur les relations avec leurs sous-traitants et sur la transition écologique.

De leur côté, les acteurs de la filière aéronautique s’engagent à travers une charte sur les relations entre clients et fournisseurs.

MISE A JOUR : Création du fonds d’investissement aéronautique pour soutenir les PME et les ETI de la filière aéronautique

Documents à télécharger :

--

Webmestre |