Retrouver un emploi durable dans la restauration

| Publié le 3 juillet 2014
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter


Accompagner les personnes en difficulté vers l’emploi : telle est la mission de Saveurs et Talents. Situé à Saint-Jean-de- Braye (45), ce restaurant propose un self- service, une prestation de location de salles, un service traiteur… Le tout avec des produits locaux, issus de l’agriculture biologique de préférence. Mais la véritable particularité de Saveurs et Talents, ce sont les femmes et les hommes qui y travaillent. Sur 7 personnes, 3 sont salariées en Contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI). « Nous donnons leur chance à des demandeurs d’emploi parfois sans aucune qualification, explique Sandrine Séon, la directrice du restaurant. Notre objectif est de les rapprocher du monde du travail. Les repas que nous servons leur permettront plus tard de vendre ailleurs leurs compétences. » Pour cela, l’entreprise a recruté une équipe de professionnels de la restauration et s’est adjoint les services d’une conseillère en insertion professionnelle.

« Le point commun entre ces personnes, c’est le besoin de retrouver l’estime d’elles-mêmes » note la conseillère. « Je manquais complètement de confiance en moi, confirme David, salarié depuis un an et demi. Pourtant, je savais faire des choses mais je n’en avais pas conscience. » David, Aminata et Daniéla, autres membres de l’équipe, ne sont pourtant pas arrivés ici par hasard. Certains d’entre eux ont été orientés vers Saveurs et Talents par le service Insertion par l’Emploi de l’Agglomération Orléans Val de Loire. « Nous identifions les demandeurs d’emploi susceptibles de candidater ici. S’il y a embauche, nous mettons en place un suivi » explique ainsi Marie-Louise Coquillaud, Directrice Générale des Services de la structure.

Cuisine, nettoyage, salle, caisse… les salariés sont agents polyvalents de restauration. Ils bénéficient d’un accompagnement individuel : aide à la recherche d’un logement, remise à niveau des savoirs de base, suivi socio-professionnel, visites et stages en entreprises, etc.
« C’est important de les confronter à la réalité du marché du travail » justifie le chef de cuisine. A l’issue de leur contrat de 2 ans maximum (renouvelable une fois), les salariés cherchent un emploi dans une entreprise classique. Certains décideront d’abord d’entamer une formation qualifiante.

--

->Articles du même thème :

Documents à télécharger :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics