Accueil > Travail et relations sociales > Santé et sécurité au travail > Santé au travail dans le BTP : un plan ciblé de prévention

Santé au travail dans le BTP : un plan ciblé de prévention

| Publié le 29 juin 2015
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Deux services interentreprises de santé au travail dédiés au BTP, l’AEBTP 36 et le SAN.T.BTP 37 ont signé le 16 juin dernier un « contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens » (CPOM) avec la DIRECCTE, la CARSAT et l’OPPBTP. Ils s’engagent à conduire des actions de prévention sur des thématiques prioritaires régionales (risques chimiques, troubles musculo-squelettiques…) mais aussi départementales.

Cette contractualisation s’inscrit dans le cadre de la réforme de la médecine du travail de 2011 [1] qui instaure une gouvernance paritaire des services interentreprises de santé au travail (SIST) et renforce leur pilotage au niveau régional. Elaboré à partir d’un diagnostic régional et local, chaque CPOM intègre un tronc commun de 6 thèmes prioritaires de prévention des risques professionnels retenus au niveau régional (voir encadré ci-dessous) ainsi que des actions propres à chaque SIST définies en fonction de la spécificité des entreprises locales. Toutes les actions sont assorties d’objectifs quantitatifs et qualitatifs et feront l’objet d’une évaluation.

Des actions adaptées à chaque département

La prévention des cancers professionnels, par la réduction de l’exposition des salariés aux produits classés CMR [2] est une des 6 priorités régionales. Mais chaque SIST est libre de choisir un secteur d’activité ou un produit CMR sur lequel il focalisera ses interventions. Ainsi, l’AEBTP 36 a choisi de conduire des actions spécifiques de contrôle des menuiseries pour réduire l’exposition des salariés aux poussières de bois. « Notre intervenant en prévention des risques professionnels (IPRP) passe au moins une demi-journée sur site pour étudier chaque poste de travail et faire des prélèvements pour mesurer l’empoussièrement » indique Marie-Claude Soupizon, directrice de l’AEBTP36. « Il mesure aussi le niveau d’exposition sonore auquel est exposé chaque salarié. Pour chaque entreprise, un rapport détaillé est rédigé et un plan de prévention, destiné à améliorer les conditions de travail est préconisé ». Le SIST de Châteauroux commence aussi tout juste à mettre en œuvre une action de sensibilisation aux risques CMR liés aux matériaux utilisés dans les isolants. « Nous visons ici en priorité toutes les entreprises amenées à poser des isolants : plaquistes, couvreurs, souffleurs… » poursuit Marie-Claude Soupizon. « Il s’agit pour nous dans un premier temps de bien appréhender les différents types d’isolants existants et les méthodes d’utilisation. Ensuite, nous mènerons une campagne de prévention sur le terrain et procèderons à des prélèvements afin d’effectuer un premier diagnostic ».
En Indre et Loire, le SAN.T.BTP, qui travaille également avec le Loir et Cher, a choisi d’aider les couvreurs à mettre en évidence et prévenir les risques professionnels spécifiques à leur branche : chutes de hauteur, exposition à l’amiante, au plomb…Des visites de chantiers sont effectuées au cours desquelles employeurs et salariés sont sensibilisés à ces types de risque. Il est rappelé aussi que l’employeur peut bénéficier d’aides financières particulières de la CARSAT ou de l’OPPBTP pour l’achat d’échafaudage ou de protections collectives adaptées.

La mobilisation d’équipes pluridisciplinaires

Pour mener à bien ces actions, les deux SIST BTP départementaux disposent, conformément à la loi de 2004 sur la réforme de la médecine du travail, d’équipes pluridisciplinaires composées, aux côtés du médecin du travail, d’infirmières, d’ergonomes, de techniciens en prévention des risques, voire pour le SAN-T-BTP37 d’un technicien chimiste. Tous ces professionnels interviennent en entreprise, sur les lieux de travail et sont amenés à dispenser des conseils aux employeurs et aux salariés.
Ils peuvent également bénéficier de l’expertise et du savoir-faire d’intervenants de la CARSTAT et de l’OPPBTP. Ces deux organismes ont précisé à cet égard leurs engagements et leur offre de service dans les CPOM qu’ils ont signé le 16 juin dernier avec la DIRECCTE et les deux SIST. La CARSAT s’engage notamment à mettre à disposition ponctuellement les ressources de son laboratoire de toxicologie et de métrologie des bio-aérosols ainsi que son centre des mesures physiques. L’OPPBTP s’engage pour sa part à associer les SIST à l’élaboration de son plan régional de prévention BTP et à leur transmettre tout type de document ou outil dont il dispose pour faciliter leurs actions de prévention. Les deux organismes se proposent enfin d’organiser des journées d’information ou de participer à la formation des personnels des SIST via leurs catalogues ou offres de formation dédiés aux services de santé au travail.

Notes

[1Loi n° 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l’organisation de la médecine du travail

[2cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction

--

->Articles du même thème :

 
Liens
Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social
 
Travailler mieux
 
Protection de la santé des jeunes travailleurs
 
Aract Centre
 
Inrs
-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics