Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Développement des compétences > Services à domicile : quels besoins en compétence et en emplois (...)

Services à domicile : quels besoins en compétence et en emplois ?

| Publié le 21 février 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

La Direccte Centre-Val de Loire a présenté, le 5 février dernier dans ses locaux à Orléans, la restitution du 1er diagnostic Emploi-Formation consacré au secteur de l’emploi à domicile dans la région, conduit par IPERIA, en partenariat avec la FEPEM [1] et l’observatoire régional formation emploi.

Ce diagnostic emploi-formation s’inscrit dans le Plan d’action 2017-2019 de développement des emplois et compétences du secteur de l’emploi à domicile en Centre-Val de Loire signé en 2017. IPERIA (Plateforme nationale de professionnalisation du secteur), et la FEPEM (Fédération des Particuliers Employeurs) ont ainsi mené sur le terrain un certain nombre d’actions qui visent à la fois à mieux appréhender la relation de travail employeur/salarié, à accompagner les particuliers employeurs dans la gestion de cette relation, mais aussi à évaluer les besoins en compétences et en emploi, en Centre-Val de Loire.

Un secteur vecteur de créations d’emplois…

Dans une région de 2,57 millions d’habitants, 153 200 particuliers employeurs ont recours à 61 800 salariés. L’emploi à domicile est un secteur porteur en Centre-Val de Loire : Il concerne plus de 215 000 ménages, employeurs et salariés, (18% des ménages).

Ce secteur représente également un enjeu immense en termes de recrutement, et par conséquent, un enjeu de professionnalisation et d’emploi. C’est la raison pour laquelle les partenaires se sont engagés dans ce travail de diagnostic depuis 4 ans.
En effet, il a vocation à permettre d’anticiper les besoins dans le maintien à domicile, comme dans l’insertion professionnelle ou encore, le développement des territoires ruraux.

Mais un secteur qui peine à recruter !

Malgré leurs atouts (autonomie, contact humain, utilité sociale, flexibilité, stabilité…) et leurs débouchés en région, les métiers d’assistant maternel, de garde d’enfants, d’employé familial et d’assistant de vie ont toujours du mal à séduire.
Pour intéresser de nouveaux publics et renouveler les effectifs, il est indispensable de démontrer que ces métiers nécessitent de véritables compétences, qu’ils offrent des perspectives d’évolution, qu’il est possible de s’y épanouir, d’y faire carrière.
Les besoins en compétences s’accélèrent (communication, relationnel, mais aussi prévention en matière de perte d’autonomie, de sécurité…) pour pouvoir répondre aux attentes d’une population vieillissante et faire face au nombre croissant de particuliers employeurs âgés de 60 ans et plus, dans les 20 prochaines années.
En mettant l’accent sur les données prospectives en Centre-Val de Loire, il s’avère nécessaire de favoriser les leviers d’attractivité des métiers en améliorant notamment la visibilité des parcours professionnels et le maintien en emploi.

Les données clés

  • +32% d’employés familiaux et + 68% d’assistants de vie d’ici 2040
  • 50% des assistants maternels à remplacer d’ici 2030
  • 27% des particuliers employeurs ont du mal à recruter
  • 85% aimeraient augmenter les heures de leurs salariés
  • 81% des salariés sont satisfaits de leur poste
  • +73% souhaitent poursuivre leur carrière dans leur métier

Notes

[1Fédération des particuliers employeurs

--

Webmestre |