Accueil > Entreprises, Emploi, Economie > Appui aux entreprises > Intelligence économique > Espionnage économique en région Centre : Etat de la menace

Espionnage économique en région Centre : Etat de la menace

| Publié le 2 avril 2013
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Protéger le patrimoine et l’innovation économique et scientifique, c’est protéger nos emplois.
Bien que la région Centre soit classée 9ème s’agissant de son PIB, elle a été en 2012 la 4ème région pour le nombre d’ingérences et d’agressions recensées à l’encontre des entreprises et des laboratoires de recherche.

Le fait de dresser un état des lieux des menaces extérieures pesant sur les dirigeants d’entreprises ou de laboratoires ne doit pas susciter chez ces derniers un sentiment de paranoïa : ce serait contre-productif en termes de fonctionnement, de développement et d’innovation.
Toutefois, il est nécessaire que les acteurs économiques et de la recherche aient ces informations à l’esprit, afin de prendre des mesures d’organisation et de sécurité adaptées. Celles-ci, il est important de le souligner, ne sont pas forcément coûteuses.

Les services de l’Etat en région, et notamment le conseiller à l’Intelligence économique de la DIRECCTE, sont au service des entreprises et des laboratoires de recherche pour les assister dans cette démarche, en respectant la politique de développement de leurs dirigeants, et en toute confidentialité.

Les PME/TPE de la région Centre sont autant, voir plus, frappées que les grandes entreprises (75% des ingérences concernent des entreprises de moins de 500 salariés).
Comme au niveau national, les laboratoires de recherche sont assez touchés et de plus en plus fréquemment : les concurrents indélicats vont en effet chercher le savoir-faire le plus en amont possible, et notre région concentre nombre de sites particulièrement innovants.

Les ingérences ont généralement deux objectifs : capter du savoir-faire et/ou déstabiliser l’entreprise.
Les moyens les plus utilisés sont, dans l’ordre :
- l’exploitation des faiblesses financières d’une entreprise (rachat, captation de savoir-faire, fermeture),
- les atteintes au patrimoine immatériel (contrefaçons, brevets, captation de fichiers clients),
- les intrusions non consenties dans l’entreprise (vol de documents, d’ordinateurs, de supports informatiques, de clés ou badges, piratage informatique, destruction de patrimoine matériel),
- les intrusions consenties (visiteurs indélicats),
D’autres moyens utilisés sont le harcèlement judiciaire et les audits intrusifs de prospects.
Ces menaces ne sont pas hypothétiques : fin 2012, une TPE de la région dû faire face sur plusieurs mois à une attaque prolongée utilisant 4 des 6 moyens évoqués ci-dessus !

Les six secteurs les plus attaqués dans notre région sont :
- l’aéronautique,
- le nucléaire,
- l’automobile,
- l’armement,
- le médical,
- la cosmétique.

Le conseiller à l’Intelligence économique de la DIRECCTE CENTRE est à votre disposition si vous souhaitez aller plus loin à ce sujet.
Son assistance peut prendre la forme d’une visite de diagnostic, l’organisation d’une conférence de sensibilisation à l’intention des collaborateurs, etc.

Contact : Christophe Sauvion, tél. 02 38 77 69 70 - 06 74 74 39 66, christophe.sauvion@direccte.gouv.fr

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics